BASSANTI

Né à Lisbonne en 1979, depuis 2010 il arrête de signer comme Ivo Moreira et a adopté le nom Bassanti.

En 1997, il a terminé le Cours Général de l’École des Arts António Arroio et a commencé sa pratique d’atelier aux Ateliers de São Paulo à Lisbonne, sous la direction de Luísa Soeiro. En 1999, il a été invité par Natxo Checa pour développer son travail dans la Galerie Zé dos Bois, où il est resté comme artiste résident jusqu’à 2013.

En 2007, il a fait une brève incursion dans la Faculté des Beaux-Arts de Lisbonne, où il vite se rendit compte que l’académie ne lui pouvait apporter la viabilité nécessaire à sa recherche. Par conséquence, il est resté donc dans une voie où la connaissance des choses est essentiellement empirique.

Son travail exprime une recherche autobiographique intense, de nature surtout intuitive, dans laquelle le processus de construction a acquis une importance croissante en ce qui concerne l’œuvre produite.

Son chemin personnel et des objets artistiques produits s’influencent mutuellement et font la fusion en un seul mouvement dans lequel l’action, les expériences vécues, lœuvre et la pensée sont des développements continus les uns des autres. En ce sens, les voyages ont représenté très tôt un aspect fondamental pour son évolution et sa croissance, en fournissant des plateformes indispensables à la compréhension des contextes dans lesquels il se déplace.

En posant des questions du familier et de la perméabilité pour assimiler ce qui est nouveau, son travail reflète un voyage constant dedans et hors de lui-même.

Depuis 1995, il produit régulierement des carnets de voyage et des livres d’artiste comme un moyen de garder la mémoire de ses voyages.

Parmi les différentes résidences artistiques faites, se démarquent Bâle (1997), dans le studio de Daniel Boemle; Salvador da Bahia (2000-2001) et Goa (2003-2004) dans ateliers indépendants, Maroc (itinérante); Berlin (2007 et 2010) dans la Spukkommune; New York (2009) au Point B; Paris (2010) au 59 Rivoli; Hambourg (2010) dans Gangenviertel; Porto (2011) chez Casa Amarela, Vienne (2012) à Naehsalon Nathlos, Tarrafal (2013) Art Public, Chiang Mai (2014) et Ko Kut (2015).

Pendant les dernières années, son travail a gagné des contours plus divers, à commencer (à travers les yeux de la peinture) par l´exploration des domaines tels que l’écriture, la musique, la performance, la photographie, la vidéo, l’installation et la cuisine, ayant également mis en place plusieurs partenariats avec d’autres artistes. Il a participé à plusieurs expositions collectives et individuelles, y compris Jambalaya 2001 et Best Friends for Life (2005 Galeria Zé dos Bois); I Want to Go with You (2008, Sala do Veado); Gifts from where I’ve Been part I & II (2009, Galeria Jorge Shirley/Sala do Veado, Musée National d’Histoire Naturelle) et Project For a Perfect Garden (2012, Hotel Tivoli).

PEDRO AMARAL

Pedro Amaral vit et travaille à Sintra. Avec aucune formation artistique, il a travaillé activement en illustration dans les années 80 et 90. Le collectif Sparring Partners, fondé en 1995 avec Alice Geirinhas et João Fonte Santa marque son début dans le monde de l’art contemporain, contexte dans lequel il expose régulièrement depuis lors. La peinture est le principal support choisi, mais il travaille aussi avec la vidéo, l’installation et la performance. De la Galerie ZDB à l’intégration dans quelques expositions remarquables des années 90 (en collaboration avec noms et commissaires / artistes tels que Paulo Mendes et Pedro Cabral Santo), aux expositions individuels dans les galeries et foires d’art, il a jamais abandonné les contextes plus indépendants tels que le projet Museu – Casa Bernardo, Pogo Theater, le projet « Atlas Secreto » ou les récentes expositions d’art de propagande commissariées par João Fonte Santa. Son œuvre est présentée dans les collections du Círculo de Artes Plásticas de Coimbra, Museu do Neorealismo, Fundação PMLJ et plusieurs collections privées au Portugal et à l’étranger.