BorderLovers,

JOURNEYS IN NO MAN’S LAND

Borderlovers est un duo d’artistes portugais composé par Ivo Bassanti et Pedro Amaral.

La peinture et le dessin sont les champs dexpression privilégiés de son travail, qui exploit aussi la vidéo et le son.

Ils se sont rencontrés au début du millénaire dans une scène artistique dynamique et héritière des années 90, décennie marquée au Portugal par des projets artistiques et d’exposition alternatifs à son système institutionnel et de l’industrie. Ils sont rapidement devenus amis et bientôt complices et compagnons de route. La Galerie ZDB, où Bassanti a eu son atelier depuis de nombreuses années et où les deux ont participé ensemble dans plusieurs expositions et le cycle d’expositions « Too Drunk to Fuck» commissariées par l’artiste João Fonte Santa, sont les deux contextes dans lesquels il se sont plus approchés.

En 2010 ont lieu les premières conversations sérieuses sur le désir mutuel de création et développement d’une œuvre en duo artistique. Les deux avait déjà fait ou feront des collaborations – Amaral avec Sparring Partners (projet collectif d’art contemporain fondé en 1995 avec Alice Geirinhas et João Fonte Santa) et Bassanti avec Binau, parmi d’ autres partenariats artistiques.

Le nom Borderlovers est créé ces jours-là. Il commence par être un exercice d’autodérision car les deux avaient à cette époque-là des problèmes psychiatriques, mais il est aussi une référence / écart du concept clinique borderline.

En Mars / Avril de 2017 ils font une résidence artistique aux Corny Boots Studios, la structure productive de Bassanti à Lagery, France. Les cinq semaines de production intensive se matérialisent dans un corps de travail considérable. Il y a une urgence de produire pas compatible avec des scrupules académiciens et ils trouvent des solutions pour continuer la collaboration à distance avec l’aide des technologies de communication. L’accident et le hasard auxquels les deux avaient toujours donné grande importance dans leur travail individuel deviennent presque un dogme. Mais c’est un dogme libérateur et gestuel, du coup de pinceau et du dripping. Ils sont unis par la passion pour la représentation, l’affectation, l’encre, la quantité et l’improvisation. La peinture comme une aventure constante. La passion pour le voyage les relie aussi. Le voyage physique

(Bassanti a fait des voyages remarquables et résidences artistiques en Inde, Brésil et Cabo Verde, entre autres), et le voyage en général : la vie / création mais aussi les petits voyages dans le plus grand voyage, chaque fois qu’un nouveau projet commence.

Ils aiment se référer à la Trêve de Noël, le Christmas Truce (l’armistice informel qui a eu lieu le long du front de l’Ouest le Noël de 1914, pendant la Première Guerre mondiale) comme une sorte d’avatar du travail des Borderlovers et de sa pensée.

Ils présentent le 17 Juin à la Galerie Shiki Miki Paris leur première exposition artistique “Ça je peux le faire aussi”.